Entre Marinade et Macronade, la mascarade?


Décryptage des mesures concernant l’art et le spectacle des deux candidats à l’élection présidentielle. 

Quand on apprend que le mois de mars a vu 43 700 chômeurs de plus, on comprend aisément que les questions économiques l’emportent sur le sujet de la culture dans les débats en vue de la présidentielle. Et pourtant !... Derrière la culture française, on compte de nombreux emplois, malheureusement bien souvent précaires. Ces emplois ont du sens. Car ils nous aident à savoir qui nous sommes, d’où nous venons et peut-être où nous allons. L’art nous met sur la voie de la beauté et de la vérité. Essentiel finalement !




En cette période électorale, Elicci se penche sur les mesures en faveur de l’art et du spectacle vivant, prévues dans les programmes de Madame Le Pen et de Monsieur Macron.

Le budget alloué à la culture est actuellement de 2,7 milliards d’euros, soit 0,65% du PIB. Emmanuel Macron prévoit d’augmenter ce budget; Marine Le Pen, elle ne se prononce pas à ce sujet.


Les propositions de Marine Le Pen en faveur de la culture, de l’art et du spectacle vivant

Si l’on s’en tient aux engagements décrits dans le programme de Marine Le Pen https://www.marine2017.fr/programme/,trois points seulement traitent de la question :


91.Défendre l’identité nationale, les valeurs et les traditions de notre civilisation française. Inscrire dans la Constitution la défense et la promotion de notre patrimoine historique et culturel.

 Louable, mais qu’est-ce que cela changerait-il, concrètement?


112.Lancer un grand plan national de création de filières (lycées, universités) des métiers d’art dans nos territoires et implanter un réseau de pépinières d’artistes sur tout le territoire. Restaurer une véritable éducation musicale généraliste dans les établissements scolaires.

Louable, mais quid du financement de ce grand plan?


114.Remettre en ordre le statut d’intermittent du spectacle par la création d’une carte professionnelle afin de préserver ce régime tout en opérant un meilleur contrôle des structures qui en abusent.

Sans plus de détails, on se demande ce que l’existence d’une telle carte pourra bien changer…


L’idée globale de culture pour le Front National se résume à«une culture patriotique de proximité» d’après Profession Spectacle et de «mécénat populaire» d’après Le Figaro. Pour plus d’actions concrètes, il peut être utile d’aller voir ce qui se prépare au sein du collectif CLIC (Culture, Libertés et Création), la boîte à idée du Front National en matière d’actions culturelles (Cf. lien en bas de page). 

 

Les propositions d’En Marche en faveur de l’art et du spectacle vivant

Emmanuel Macron a tout d’abord suscité quelques remous en déclarant «Il n’y a pas de culture française» puis en corrigeant cette déclaration par «Il n’y a pas UNE culture française» suivi quelques secondes plus tard de «Moi, l’art français, je ne l’ai jamais vu».




Pour autant, le candidat s’est visiblement un peu plus penché sur les questions qui nous intéressent que sa rivale. En opposition à Marine Le Pen, il prône une ouverture de la culture française à l’Europe et à l’international. En revanche on peut lire en filigrane un asservissement de l’art et de la culture aux grandes puissances financières.


Voici ses propositions, issues de son programme : https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/culture


·100% des enfants auront accès aux actions d’éducation artistique et culturelle. Les projets d’initiation à la pratique artistique collective (orchestres, chorales, troupes de théâtre) ou de rencontre avec des œuvres et des artistes seront encouragés.

Tout à fait louable, espérons que le financement suivra.


·Créer un Pass Culture de 500 € pour tous les jeunes de 18 ans, qui leur permettra, via une application, d’accéder aux activités culturelles de leur choix : musée, théâtre, cinéma, concert, livres ou musique enregistrée. Il sera cofinancé par les distributeurs et les grandes plateformes numériques, qui bénéficieront du dispositif.

Les «distributeurs et les grandes plateformes numériques» évoqués sont en fait ce que l’on appelle les GAFA: Google, Amazon, Facebook, Apple. Est-il bien raisonnable de confier à ces grandes entreprises brassant d’énormes profits (et toutes nos données personnelles) le financement de ce Pass Culture? Est-ce la meilleure manière d’émanciper les jeunes et de les ouvrir à la culture ?

 

·Favoriser la diffusion du spectacle vivant notamment en multipliant les spectacles coproduits et adapter le soutien au cinéma et à l’audiovisuel aux nouveaux formats.

Louable, mais les producteurs de spectacle et de cinéma n’ont pas attendu cette mesure pour s’associer financièrement et porter ensemble les risques des spectacles qu’ils organisent.


·Pérenniser et adapter le statut d’intermittent du spectacle, qui est un outil au service de la politique culturelle ; revoir la formation initiale des artistes par l’interdisciplinarité, les troncs communs entre écoles d’art, la mobilité internationale.

Quels sont les détails de cette adaptation du statut d’intermittent? Par ailleurs, pourquoi revoir la formation initiale des artistes en favorisant l’interdisciplinarité? Si un jeune développe une passion pour la danse, pourquoi éparpiller son emploi du temps en le forçant à jouer de la trompette ou à monter sur les planches? Les artistes professionnels sont en quête permanente de la perfection. Les métiers d’arts sont techniques et demandent un travail considérable. Bien souvent les artistes ont un don pour telle ou telle discipline. Cette mesure semble donc a minima inutile, voire même dégradante, ne reconnaissant pas le temps de travail nécessaire à la création d’une œuvre d’art.


·Investir dans les industries créatives et culturelles françaises en créant un fonds d’investissement dédié de 200 millions d’euros.

Qu’entend-on par «industries créatives et culturelles françaises» ? Que viennent faire les mots «industrie» et «fonds d’investissement» dans une mesure consacrée à l’art et à la culture dont la seule utilité est d’apporter une recherche de l’esthétique ou une richesse immatérielle ? Une telle mesure ne coure-t-elle pas le risque de financiariser la culture? Par définition, l’art n’est plus si l’on cherche à maximiser sa rentabilité.

 

·Défendre résolument les droits d’auteur, aider les artistes et les éditeurs de contenu européens par la négociation encadrée d’accords sur leur rémunération, étendre les droits voisins aux éditeurs de presse et renforcer l’action contre les sites pirates.

Encourageant. Idéalement il faudrait revoir tout le système de collecte et de redistribution des droits d’auteurs.


·Maintenir l’effort financier de l’État en faveur de la culture, en contrepartie d’une exigence d’efficacité : toutes les politiques publiques en faveur de la culture seront évaluées. Le soutien au mécénat sera conforté et l’exonération des œuvres d’art de l’assiette de l’ISF sera maintenue.

On aurait pu souhaiter une hausse du budget de l’Etat alloué à la culture… rien de tel mais pas de diminution prévue, c’est déjà ça. Espérons que l’exigence d’efficacité ne se transforme pas en maximisation de la rentabilité… venant d’un ancien banquier d’affaire, on est en droit de se méfier de cette mesure.


·Rénover et mieux valoriser le patrimoine grâce à une dotation dont l’utilisation sera conditionnée à des projets éducatifs, artistiques ou touristiques.

Tout à fait louable.


Entre macronade et marinade

Entre le manque de prise de conscience de l’enjeu culturel par Marine Le Pen et les propositions d’Emmanuel Macron qui risquent très probablement de profiter aux médias nationaux, aux «industries culturelles», et aux géants du numérique, force est de constater que ce n’est pas par cet angle que les artistes feront leur choix pour le second tour.

Et si Elicci faisait la politique culturelle ?

Voici les mesures que nous prendrions en priorité:

-Réduire voire supprimer les cotisations patronales des TPE et PME employant des intermittents du spectacle. Cette mesure pourrait être financée par une taxe sur les lieux de spectacle et employeurs qui ne déclarent pas les prestations des artistes.

-Offrir une caution logement aux artistes ayant obtenu le statut d’intermittents du spectacle, et faciliter l’emprunt bancaire pour ceux qui souhaiteraient acheter leur résidence principale. La précarité du statut d’intermittent rend la vie de ces derniers difficile.

-Revoir le système de collecte et de répartition des droits d’auteurs

- Supprimer les annexes XIII et X pour qu'enfin le travail artistique soit payé à sa juste valeur et que les structures assument l'emploi au lieu de se défausser sur la solidarité collective

 

Et vous, artistes ou professionnels de la culture, quelles mesures souhaiteriez-vous voir mises en place par notre futur président(e)?

Faites-nous part de vos souhaits pour le prochain quinquennat :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScAvbICRsOnl1D49kqo5MmAH1L6CVs8aJbpJAQMTwIyXdwhoQ/viewform?usp=sf_link


Quelques liens pour aller plus loin :

Au sujet du CLIC, le collectif culturel du Front National :

http://cultureetlibertes.fr/

http://www.telerama.fr/monde/brouillon-de-culture-au-front-national,127999.php


Entretien exclusif d’Emmanuel Macron:

http://www.classiquenews.com/l a-culture-selon-emmanuel-macro n-grand-entretien-pour-classiq uenews/


Emmanuel Macron a étudié le piano et danse le tango:

http://www.lemonde.fr/politiqu e/article/2014/08/27/emmanuel- macron-de-mozart-de-l-elysee- a-ministre-de-l-economie_ 4477318_823448.html


Au sujet du Pass Culturel déjà lancé en Italie:

https://www.lesechos.fr/electi ons/emmanuel-macron/0211748920 993-le-pass-culturel-propose- par-macron-est-il-un-succes- en-italie-2061235.php

Rechercher

Ex : gospel, cornemuse, Vivaldi


On parle de nous

Stratégies

Le magazine dresse un panorama du secteur funéraire, ses tendances et ses innovations...

Europe 1

Aliette Frangi était l'invitée de l'émission "La France Bouge" sur Europe 1 aux côtés...

Voir toutes les parutions médias


Suivez-nous